Jean-Claude Marcourt

Notre premier réseau Social, c’est la Solidarité ! 

Toutes les nouvelles

Filtre aux études de médecine et dentisterie: le décret est adopté par le Parlement de la FWB.

10/07/2015 11:00 / politique

Filtre aux études de médecine et dentisterie: le décret est adopté par le Parlement de la FWB.

Ce mercredi 8 juillet, le Parlement de la Fédération a adopté le décret instituant un filtre au sein des études de médecine et de dentisterie avec 46 votes en faveur de ce dernier, 2 abstentions et 8 votes contre. Notons que les parlementaires MR étaient absents lors du vote.

Comme j’ai pu vous l’exposer précédemment, je considère ce dispositif comme une solution pragmatique, en ce sens qu’elle permet de répondre à la situation de tous les étudiants qui sont aujourd’hui engagés dans ces cursus difficiles, aux efforts et aux sacrifices qu’eux et leur famille consentent pour obtenir ce diplôme et le droit de soigner les gens.  

Face à une telle situation où le constat de pénurie grandit, il est nécessaire de s’interroger sur la nécessité d’un contingentement médical alors que chacun de nous a déjà été confronté au temps d’attente considérable pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste, alors que les salles d’attente des généralistes sont pleines, alors que les pénuries sont évidentes dans certaines spécialités. Ainsi, devons-nous empêcher nos jeunes de vouloir soigner les gens ? Ces jeunes ont droit à un numéro INAMI. Il n’est pas normal que notre pays importe chaque année des dizaines de médecins étrangers et qu’on interdise en même temps à nos jeunes de réaliser leur rêve et d’exercer leur passion. Mon objectif est donc lié à mon attachement personnel à permettre à tous les étudiants d’accéder aux études de leur choix.

J’ai tenu à rappeler que ce décret maintient les mécanismes d’aide à la réussite et permet à tout étudiant n’obtenant pas son attestation d’accès à la fin de son cycle d’études de valoriser ses acquis. La décision de placer le concours en fin de première année de premier cycle nous vient d’une demande des étudiants qui nous ont signalé qu’il était préférable de sélectionner sur des matières médicales, enseignées à chaque bachelier, plutôt que des matières purement scientifiques, et ce, afin de garantir une égalité de traitement. C’est pourquoi ce concours se voit porter sur les matières enseignées au second quadrimestre.

Pour conclure, je souhaite insister sur la responsabilité du Gouvernement fédéral de modifier l’arrêter royal pour permettre de délivrer les numéros INAMI à tous nos étudiants engagés dans le cursus, condition que j’ai pu poser en décembre dernier et qui fut acceptée par la Ministre de Block.