Jean-Claude Marcourt

Notre premier réseau Social, c’est la Solidarité ! 

Toutes les nouvelles

Mobilité à Liège: pensons globalement!

26/01/2016 00:00 / Amon nos ôtes

Mobilité à Liège: pensons globalement!

Lundi 25 janvier, le Conseil Communal de Liège a longuement débattu de l’avenir du tram urbain et ce, suite au troisième avis d’Eurostat clouant au pilori le financement public-privé proposé. Pour ma part, et pour les Liégeois, je pense qu’il y a lieu de placer ce débat dans le cadre plus large de la mobilité.

Tram ou pas tram ? La question reste un suspens, tant à la Ville qu’à la Région. Autant le préciser à nouveau : ce n’est pas le projet en lui-même qui pose problème à l’Europe, mais son financement, à savoir le partenariat public-privé (PPP). Il est clair que ce n’est pas la panacée : si vous avez la possibilité d’acheter une maison « cash » plutôt que de recourir à l’emprunt, vous le faites. C’est la même chose ici : je préférerais un financement 100% public, mais les budgets ne le permettent pas.

Le gouvernement wallon veut le tram. Ce n’est donc pas un débat « liégo-liégeois », mais une réelle ambition régionale. En l’état, il ne faut pas revoir le financement, mais défendre par tous les moyens disponibles le dossier initial. Une remise à plat serait grandement néfaste pour l’emploi (chez les co-contractants), les finances publiques (des budgets ont déjà été engagés et des indemnités devraient être versées en cas d’échec) ou encore le déploiement de la ville.

Malgré cette incertitude, je ne fais pas partie de ceux qui estiment que ce seul nouveau moyen de transport règlera l’ensemble de tous les problèmes de mobilité à Liège.

Voilà donc pourquoi, depuis plusieurs mois, je consulte de nombreux intervenants pour amener une réflexion globale sur l’engorgement auquel notre belle ville est confrontée. Et pour ce faire, il faut non seulement des axes structurants, mais également une vision large qui englobe toutes les communes périphériques… et tous les moyens de transport.

A ce jour, de quoi pouvons-nous nous réjouir ?

Les investissements routiers de la Région

Le plan Infrastructures 2016-2019 approuvé jeudi 21 janvier par le gouvernement wallon prévoit de nombreux investissements dans notre ville :

  • Accessibilité du CHU (Sart-Tilman) : 1,5 million €
  • Accessibilité du CHR (Citadelle) : 4 millions €
  • Accessibilité du CHC (MontLégia) : 3,5 millions €
  • Amélioration de l’accès autoroutier de Burenville : 1,4 million €
  • Sécurisation de la traversée de Chênée : 2,4 millions €
  • Finalisation de la liaison entre Coronmeuse et Herstal : 2 millions €
  • Mise en place du plan de mobilité Ans-Rocourt : 2,8 millions €
  • Aménagement de la liaison chaussée de Tongres / Rue des Français : 1 million €

 

Aux alentours de Liège, quelques dossiers-clés ont retenu l’attention du gouvernement :

  • Amélioration de l’accessibilité des Hauts-Sarts : 3,5 millions €
  • Désenclavement Intradel : 5 millions €
  • Aménagement de la route du Condroz : 3,5 millions €
  • Contournement de Seraing : 6,7 millions €
  • Sécurisation du carrefour Gonhy (Boncelles) : 390.000 €

 

Enfin, notons encore quelque 11,44 millions € pour divers chantiers sur le réseau autoroutier liégeois.

L’objectif est bien évidemment la mobilité globale, mais aussi plus précisément les accès aux zonings, les sites industriels, … Ce que nous avons appelé les « routes pour l’emploi ».

Les autres investissements wallons en matière de mobilité

Parce qu’une politique d’avenir ne préconise pas le « tout à la voiture », la Région va également investir massivement dans les voies navigables, soit près de 50 millions d’euros pour les barrages d’Ampsin et de Monsin, afin de renforcer les transports fluviaux, de facto alléger le poids des camions sur nos routes et développer l’intermodalité. Si on ajoute la quatrième écluse de Lanaye, qui est désormais opérationnelle et permet le passage de bâteaux de 9.000 T (pour un maximum de 2.000 T jusqu’alors), ces investissements constituent autant d’atouts supplémentaires pour le Trilogiport.

La mobilité douce n’est évidemment pas oubliée puisque, depuis 2011, la Ville fait partie des « communes pilotes Wallonie-cyclable ». En 2016, 260.000 euros sont prévus pour poursuivre le développement des voies lentes.

Le développement d’un Réseau Express Liegeois (REL)

Fin 2015, la SNCB a émis la possibilité d’ouvrir deux nouvelles lignes aux voyageurs, à savoir la ligne 125A (Flémalle – Herstal) et la 36A (Bierset – Guillemins) avec des cadences prévues allant de 4 à 8 trains par heure. Les avantages sont multiples : connectivité avec l’aéroport, accès rapide au centre-ville pour les grandes cités adjacentes (Seraing, Herstal, …), voire même liaison directe entre le plateau hesbignon et Ougrée (via une boucle qui passerait par la gare des Guillemins)… Puis le Sart-Tilman (et son université) par bus.

Par ailleurs, les chemins de fer projetteraient de relifter les gares « Jonfosse » et « Palais » », que nous pourrions par exemple rebaptiser « Carré » et « Saint-Lambert »…

12341226_10153642606800465_5364662344917671340_n  

La mise en réseau des différents moyens de transport

Si tous ces projets voient le jour, il est évident que le réseau de bus devra s’adapter afin d’opérer une parfaite interconnectivité entre toutes les lignes.

Et tant qu’à mettre sur la table toutes les idées pertinentes (ou non…), pourquoi ne pas profiter des opportunités que nous offre la Meuse en larguant les amarres d’une véritable offre de navettes fluviales ? Une étude avait déjà été menée : nous allons demander son actualisation.

plan-mobilite-liege